MENU

.....................

Accueil
Chercher un livre
Commander un livre
Archives
Dossiers thématiques
Livres d'enfants
Scolaire
Provence
Bibliothèques
Expositions
Revues
Liens

 

Copyright 2000-2013
Librairie Gaïa
Tous droits réservés
Dernière modif. : 03/02/2014

Cycle des conférences du C.V.C.I.

Emmanuel Lopez
Directeur du Conservatoire du Littoral


Photo Librairie Gaïa

a donné une conférence le 10 mars 2007 à l'U.P.V.

"Le Conservatoire du Littoral, histoire et perspectives"

   Le littoral français était en 1975 urbanisé à 50 % dont 20 % d'une manière dense. Le département des Alpes maritimes est lui urbanisé à 92 % !  Le Conservatoire est né par la prise de conscience par l'opinion publique et par les hommes politiques de la nécessité de freiner cette urbanisation.

   Historiquement pendant très longtemps, nul ne songeait à venir s'installer sur le littoral pour son plaisir. Ces zones étaient réputées insalubres, dangereuses à cause de la piraterie ou pour des côtes comme la côte landaise par le mouvement des dunes. Tout ceci a changé à partir de la deuxième moitié du XXè siècle. Le littoral a vu se multiplier les activités parfois contradictoires pour l'occupation de cet espace restreint et non extensible.

   Le processus de littoralisation des activités n'est pas spécifiquement français voire européen, il est mondial. Les 2/3 de la population mondiale vivent sur une bande de 60 km le long de la mer. Cette population passera au 3/4 d'ici à 2050. Ceci démontre bien la pression présente et à venir le long des côtes.
   Par exemple dans le département des Alpes Maritimes, la densité de la population est de 2400 habitants au Km2 alors qu'elle n'est que de 100 habitants au Km2 dans le reste du territoire français.

    La pression démographique est valable pour l'ensemble du littoral français. Le changement d'affectation des sols, destination agricole vers une destination urbaine, est 4 fois plus fort sur les zones littorales. 
   

POURQUOI LE LITTORAL DOIT-IL ÊTRE PROTÉGÉ ?

Raison écologique : Les espaces les plus riches sont les espaces frontières. La biodiversité y est particulièrement importante. Avec le réchauffement climatique, il est indispensable de conserver des zones naturelles afin de préserver les souches sauvages des plantes.

Raison sociale : Pour les nombreux visiteurs, touristes qui veulent accéder aux zones littorales, il est indispensable de conserver une part significative de zones libres et gratuites pour des raisons sociales évidentes. L'accès à la mer est un bien commun.

Raison économique : Le développement économique et touristique et la protection du littoral ne sont pas contradictoires. Cette protection significative valorise les espaces. L'exemple de la côte de languedocienne ou de la Costa Brava est exemplaire. Le "bétonnage" de ces côtes les ont littéralement dévalorisées au point de les faire tendre vers des friches touristiques comme il existe des friches industrielles.

  Tous ces critères se retrouvent dans l'action du Conservatoire du littoral. Il existe d'autre part tout un appareil législatif et règlementaire qui complète l'action du Conservatoire.

   En Angleterre, dès le milieu du XIXè Siècle, une association a voulu protéger le littoral anglais qui s'engageait au moyen de souscriptions d'acheter les terrains en danger en s'interdisant de les revendre. Le Conservatoire du littoral a été créé sur ce principe, mais avec l'appui de l'État et des collectivités territoriales.

   Si le budget du Conservatoire est relativement important, il permet à ce dernier d'acheter des terrains, voire des bâtiments, lorsque dans certaines situations, la règlementation ou la législation ne suffisent plus : pression immobilière très forte, achat de terrains pour assurer l'ouverture au public du rivage, préservation de certaines zones agricoles...

   L'acquisition de terrains ne suffit pas toujours. La restauration des milieux naturels est également l'une des priorité du Conservatoire qui consacre les 2/3 de son budget à l'acquisition et le reste à la restauration.

   Il y a deux enjeux dont on doit tenir compte. Il y aura 3 millions d'habitants supplémentaires sur le littoral (dont 1 million pour les Territoires d'Outre-Mer). Il faudra donc les accueillir et renouveler l'habitat dont une partie d'urbanisation sociale. Comment construire sur le littoral. Il faudra le faire le plus possible en profondeur sur de vastes territoires. Mais il faudra toujours préserver certaines parties du littoral.

   Le deuxième enjeu est la liaison terre-mer. La surexploitation touristique et économique de cette bande la met aussi en danger que son équivalent sur terre.