MENU

.....................

Accueil
Chercher un livre
Commander un livre
Archives
Dossiers thématiques
Livres d'enfants
Scolaire
Provence
Bibliothèques
Expositions
Revues
Liens

 

Copyright 2000-2013
Librairie Gaïa
Tous droits réservés
Dernière modif. : 03/02/2014

Dans le cadre des conférences du CML Rencontre avec...

Henri PENA-RUIZ

Conférence du 8 avril 2003

  "Laïcité ou guerre des dieux : l'heure du choix"

Bibliographie - Compte-rendu de la conférence - Autres archives

 


Bibliographie...

© Editions Flammarion © Editions Flammarion © Presses Universitaires de France © Editions Mille et Une Nuits

 


Compte-rendu de la Conférence

"On est homme avant d'être chrétien, juif, musulman ou libre-penseur." H.P.R.

    Henri Pena-Ruiz dédie cette conférence à Zazie Sadou, femme de courage tant en France qu'en Algérie. Le droit des femmes est au coeur de l'idéal laïque.

    Pendant la journée du 11 septembre, deux avions pilotés par des Fous de Dieu ont détruit les deux tours du World Trade Center entraînant la mort de 3000 personnes ; ce qui nous rappelle celle du 24 août 1572, journée de la Saint Barthélemy, où des catholiques fanatisés égorgent 3000 protestants au petit matin. Il ne faut pas voir dans ce parallèle la stigmatisation d'une religion. Il y a eu un Islam rationaliste éclairé avec Averroès. L'inquisiteur Torquemada n'est pas Jésus ; Ben Laden n'est pas Mahomet. Lors de son retour du Sinaï avec les Tables de la Loi, sur lesquelles était gravé : Tu ne tueras point, Moïse ordonna le massacre de 3000 hébreux infidèles.

    Pourquoi ces trois exemples choisis parmi les trois religions monothéistes ? Chacun d'eux est la démonstration que la religion a été instrumentalisée.

    L'Index librorum prohibitorum n'a-t-il pas compris les Misérables, Notre-dame de Paris, Molière où tant d'autres. L'Index ne fut supprimé qu'en... 1963 !

    G.W. Bush fait ses prières matin et soir, mais bombarde l'après-midi. 

    Les Talibans font exploser les Bouddhas en Afghanistan alors que leur  religion ne reconnaît pas les représentations du Dieu par des musulmans.

     C'est autant d'atteintes à la culture, que de l'obscurantisme.

    La Loi de 1905 sur la séparation de l'Église et de l'État est une double émancipation.     

    La Laïcité est souvent définie négativement vis à vis de la religion. Elle doit être définie comme un idéal d'universalité du bien commun.

    Il ne doit pas y avoir de laïcité ouverte. C'est à dire que l'État n'a pas à subventionner une, ou l'ensemble des religions. Pas davantage, l'État ne doit interdire les religions. L'URSS n'était en aucun cas un pays laïc. Il ne doit pas y avoir de confusion entre sphère publique et sphère privée.

    Il n'est pas légitime qu'un groupe dicte sa loi à un autre groupe.

    La liberté de conscience est fondamentale. L'égalité de tous les hommes est tout aussi importante. 

    Toute culture est respectable. Tout n'est pas respectable dans ce qui se réclame de la culture pour échapper à la volonté d'émancipation. Le rapport de pouvoir et d'assujettissement ne sont pas de la culture. Il faut systématiquement débusquer cet amalgame. La Laïcité demande aux hommes de mettre en commun ce qui leur appartient. L'école est le lieu où l'on apprend le savoir pour s'émanciper du maître. Le principe de liberté de conscience est fondé sur l'école laïque et publique (Condorcet).

    Il faut qu'il y ait une égalité de principe entre croyants, athées et agnostiques.

    Il est scandaleux qu'en Moselle, il existe des cours faits par des religieux payés par l'État. Il n'existe pas de cours d'humanisme athée !

    L'espace commun doit être en dehors du communautarisme. L'homme est homme avant d'être religieux. La laïcité transcende les religions particulières. C'est dans les pays laïcs que les religions peuvent s'épanouir.  Autrement une seule religion peut s'étendre au mépris des autres. La religion dominante est toujours contre la laïcité, les religions minoritaires toujours pour.

 

    Vous pouvez retrouver une conférence  sur le sujet de la laïcité donnée le 10 novembre 2005 par Jean Sévillia (Rédacteur en Chef au Figaro Magazine) en cliquant ici

Bibliographie - Compte-rendu - CML