MENU

.....................

Accueil
Chercher un livre
Commander un livre
Archives
Dossiers thématiques
Livres d'enfants
Scolaire
Provence
Bibliothèques
Expositions
Revues
Liens

 

Copyright 2000-2013
Librairie Gaïa
Tous droits réservés
Dernière modif. : 03/02/2014

Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire

Dossier jeunesse

Le tome 13

La fin

est à paraître en mai 2007

Tome 13 : La fin

 

    Ce nouvel épisode des aventures plus que désastreuses des Orphelins Baudelaire est-il vraiment la fin de l'histoire ? la fin des enfants Baudelaire ? la fin du Comte Olaf ? la fin de Lemony Snicket ? la fin de la série ?Et les parents ?...Et si rien ne finissait jamais ? Et si tout était un éternel recommencement ?

Avez-vous lu les tomes précédents ?

Tome 1 : Tout commence mal...

Cher lecteur, je regrette fort de devoir le dire, mais le livre que voici ne contient rien de plaisant. Il raconte la triste histoire de trois enfants qui ont toutes les déveines. Ils ont beau être bien élevés, et charmants, et intelligents, il ne leur arrive que des misères. De la première page à la dernière, ils vont d'une catastrophe à l'autre et collectionnent tes pires ennuis - à croire qu'ils attirent les calamités. Dans ce bref volume seulement, les enfants Baudelaire affrontent un sinistre personnage, de hideux habits qui grattent, un épouvantable incendie, un complot pour dérober leur héritage et de la bouillie froide au petit déjeuner. Pour ma part, il est de mon devoir de relater ces funestes épisodes, mais rien ne t'interdit, cher lecteur, de remettre immédiatement ce livre où tu l'as pris et d'en choisir un plus joyeux, si tu préfères les histoires gaies. Avec mes sentiments respectueux, Lemony Snicket

 

Tome 2 : Le laboratoire aux serpents

Si tu cherches une lecture gentille et amusante, désolé, je crains fort que tu n'aies pas pris le bon livre. Le récit que voici paraît drôle au début, quand les enfants Baudelaire se retrouvent en compagnie de serpents fascinants et d'un oncle fantaisiste. Mais ce début est trompeur. Pour qui connaît déjà les orphelins Baudelaire, il est bien clair qu'avec eux même les moments heureux débouchent sur les pires catastrophes. C'est bien simple : dans le présent volume, les trois enfants affrontent une odeur détestable, un terrible accident de voiture, un serpent au venin mortel, un coutelas pointu, un cadenas rétif et le retour d'une personne qu'ils espéraient ne jamais revoir. Il est de mon devoir de relater ces tragiques événements mais libre à toi, cher lecteur, de remettre ce livre sur l'étagère et de chercher quelque chose de plus gai. Avec mes sentiments respectueux.

 

Tome 3 : Ouragan sur le lac

Cher lecteur, il m'en coûte de le dire, mais le livre que voici ne contient rien de réjouissant. Les orphelins Baudelaire, Violette, Klaus et Prunille, sont trois enfants charmants à l'esprit vif et au cœur d'or, mais leur vie n'est qu'une longue série de coups du sort et de calamités. Tous les récits les concernant ont de quoi fendre le cœur, et le présent épisode pourrait bien se révéler le pire de tous. Prudence, donc : pour lire ce livre, mieux vaut être prêt à affronter mille choses déplaisantes dont un ouragan, des sangsues voraces, une jambe de bois, de la soupe de concombres glacée et des cadeaux ratés, sans parler de manuels de grammaire. Pour ma part, il est de mon devoir de relater ces tragiques événements ; à toi, lecteur, de décider si tu te sens de force à les lire. Avec mes sentiments respectueux, Lemony Snicket.

 

Tome 4 : Cauchemar à la scierie

Cher lecteur, J'espère pour toi que tu n'as pas choisi ce livre en te disant : " ça a l'air drôle ; je vais me régaler ! " Si tel est le cas, un conseil : remets-le en place, et vite. Car, de tous les épisodes désolants de la triste vie des orphelins Baudelaire, celui-ci pourrait bien pulvériser les records de tristesse et de désolation. Violette, Klaus et Prunille se retrouvent à La Falotte, où leur nouveau tuteur est le patron de la scierie Fleurbon-Laubaine, et derrière chaque bûche (ou presque) est embusquée une calamité. À titre d'exemple, dans ces pages, ils vont avoir affaire à une pinceuse géante, à d'abominables casseroles, à de la fumée de cigare qui parle, à un mystérieux cas d'hypnose, à des kilos de chewing-gums et à des bons de réduction. J'ai fait serment, pour ma part, de relater jusqu'au bout les misères endurées par ces trois enfants, mais ce serment n'engage que moi. De ton côté, cher lecteur, si tu préfères les histoires moins sombres, libre à toi de choisir quelque chose de plus réjouissant. Avec mes sentiments respectueux, Lemony Snicket

 

Tome 5 : Piège au collège

Cher lecteur, Si tu recherches un récit de collège avec des potaches qui s'en paient une tranche dans un joyeux pensionnat, il vaudrait mieux chercher ailleurs. Certes, Violette, Klaus et Prunille Baudelaire sont des enfants intelligents et pleins de ressources, qui devraient se plaire au collège. Mais ce collège-ci est assez spécial, et la vérité est que les orphelins s'apprêtent à y vivre un bien sinistre épisode. À titre d'exemple, dans ces treize chapitres, les trois enfants vont devoir faire face à une tribu de crabes malveillants, à un règlement stupide, à des châtiments sévères, à des moisissures coulantes, à de longs récitals de violon, à de redoutables tests de contrôle et au système métrique. Il est de mon devoir de passer des nuits blanches à relater l'histoire de ces trois jeunes infortunés, mais rien ne t'oblige, cher lecteur, à perdre le sommeil sur un récit triste à pleurer. Aussi ferais-tu sans doute mieux de te choisir une autre lecture. Avec mes sentiments respectueux, Lemony Snicket

 

Tome 6 : Ascenceur pour la peur

Si tu viens de prendre ce livre, un conseil: remets-le en place. Tout comme les précédents volumes des Désastreuses Aventures, il ne contient que désastres et calamités. De quoi nourrir les pires cauchemars, si bien qu'il serait plus prudent, pendant qu'il est encore temps, de choisir une autre lecture. Au cours de cet épisode, aussi vertigineux que sombre, Violette, Klaus et Prunille Baudelaire vont affronter tour à tour un escalier obscur, un souterrain obscur, un cagibi obscur, deux cages obscures, trois initiales obscures, quatre ou cinq trompe-l'œil et impostures, sans parler d'un repas tout au saumon, ni de divers autres poissons, vrais ou faux. J'ai fait serment, pour ma part, de relater ces durs moments, afin que le public n'ignore rien des épreuves endurées par ces trois enfants, mais libre à toi, cher lecteur, d'opter pour quelque chose de moins noir. Tu y gagneras sans doute de ne pas t'endormir les yeux rouges.

 

Tome 7 : L'arbre aux corbeaux

" Cher lecteur, je mettrais ma main au feu que tu as pris ce livre par mégarde ; aussi, je t'en conjure, remets-le où tu l'as pris. Nul être normalement constitué ne saurait prendre plaisir à ce lugubre récit, relatant par le menu le bref séjour des orphelins Baudelaire dans la sinistre petite ville de V D. C. Honnêtement, je vois mal qui pourrait souhaiter lire ces pages truffées de détails détestables, tels qu'une fontaine crachouillante, des corbeaux marmottant dans leur bec, un journal bourré d'erreurs, une foule en colère, des chapeaux farfelus et une montagne de vaisselle sale. Je me suis fait un devoir sacré de coucher sur le papier le résultat de mes enquêtes sur la vie tourmentée de Violette, Klaus et Prunille Baudelaire, mais je comprendrais parfaitement, cher lecteur, que tu te fasses un devoir sacré de lire quelque chose de plus léger. Avec mes sentiments respectueux. " Lemony Cricket.

 

Tome 8 : Panique à la clinique


Résumé
Je te conseillerais bien déjeter ce livre à la corbeille. Mais, auparavant, tu aimerais peut-être savoir pourquoi. La raison en est qu'il relate le pire épisode à ce jour de la vie des orphelins Baudelaire - leur bref passage dans une clinique véreuse -, ce qui en fait l'ouvrage le plus sinistre jamais publié depuis l'invention de l'imprimerie. C'est bien simple, dans ce volume, tout est détestable d'un bout à l'autre : un télégramme sans réponse, une opération sans raison, des ballons en forme de cour, une rengaine à donner la migraine, des chirurgiens qui n'en sont pas et des informations troublantes au sujet d'un incendie. À l'évidence, pareille lecture n'a rien d'une partie de plaisir. Moi qui ai fait serment de narrer ce récit sans omettre un seul détail sordide, je suis bien placé pour savoir qu'il ne mérite que la corbeille à papiers, où tu l'as sans nul doute péché. Avec mes sentiments respectueux, Lemony Snicket

 

Tome 9 : La fête féroce

Cher lecteur, Je donnerais cher pour te recommander ce livre, mais l'honnêteté me l'interdit. L'épisode qu'il relate est non seulement féroce mais encore filandreux, cartilagineux et truffé de petits os. S'il t'est déjà arrivé de mastiquer une bouchée de viande encore et encore et encore, sans parvenir à l'avaler, tu comprendras aisément ce que tu risques. De peur de te mettre l'estomac à l'envers, mieux vaut donc t'abstenir d'une lecture bourrée d'ingrédients indigestes, du style œil de verre, boule de cristal (en verre), voyante aux vues troublantes, grand huit aux wagonnets rouillés, planche de bois instable, fausse barbe qui gratte, foule en délire et lions à jeun. Hélas pour moi, j'ai voué ma vie à mon enquête sur les heurts et malheurs des orphelins Baudelaire - plus malheurs que d'heurs, par malheur. Par bonheur pour toi, rien ne t'oblige à me suivre dans cette voie austère et, pour t'éviter de ruminer, je ne saurais trop te recommander de lire plutôt des histoires de gentils herbivores.

 
Tome 10 : La pente glissante

Cher lecteur, Hormis les patinoires et les pistes de ski, les choses glissantes sont rarement très plaisantes - anguilles ou escaliers cirés ou certaines mains que la politesse oblige à serrer. Hélas pour eux, dans le présent volume, les enfants Baudelaire se retrouvent en terrain très glissant, expression signifiant ici qu'ils vont risquer le dérapage, expression signifiant ici qu'ils vont s'aventurer sur une pente savonneuse, expression signifiant ici qu'ils vont être affreusement tentés de jouer avec le feu. Mais d'autres horreurs que la sortie de piste guettent le trio dans cet épisode : moucherons féroces et cavernes malfamées, sinistres visiteurs et messages sibyllins, aubergine géante et piège perfide, sans parler d'une vraie débâcle, ni de l'apparition d'un revenant qui n'est même pas un fantôme. De mon côté, j'ai tout sacrifié pour enquêter sur les désastres en cascade qui sont le lot de ces orphelins. Mais rien ne t'oblige, ô lecteur, à me suivre sur cette pente, et tu serais bien avisé de laisser ce livre navrant te glisser des mains séance tenante. Avec mes sentiments respectueux, Lemony Snicket.

 
Tome 11 : La grotte gorgone

 

Cher lecteur, à moins d'être une bernique, une anémone de mer ou un bernard-l'ermite, sans doute préfères-tu éviter les excès d'humidité saline.

En ce cas, il serait plus sage de ne pas te plonger dans le présent ouvrage, qui voit les orphelins Baudelaire sombrer au plus profond des mers, du doute et du désespoir. Las ! L'océan d'infortune qui les engloutit là est bien trop insondable pour se laisser décrire en trois mots, aussi n'en citerai-je que quelques éléments au compte-gouttes - de la recherche vaine d'un objet disparu à un champignon mortel et un poulpe d'acier, et de l'appel à l'aide d'un ami perdu de vue à une salade du chef infiniment douteuse.

Après des mois et des années consacrés à relater les malheurs de l'infortuné trio, je me sens moralement obligé de continuer à explorer ces abysses d'une noirceur indicible. Mais par bonheur pour toi, cher lecteur, rien ne t'oblige à te jeter corps et âme dans ces eaux tristement salées. Avec mes sentiments respectueux, Lemony Snicket.

 
Tome 12 : Le pénultième péril

   De l'arrière du taxi dans lequel nous les avions laissés, conduit par une femme dont ils ne savent que le nom - Kit Snicket -, nos trois héros reconnaissent leur ville natale... Mais déjà, au détour d'un bosquet, l'Hôtel Dénouement apparaît, se mirant dans un étang. (Un peu tôt pour un dénouement, nous ne sommes qu'au tome 12 - mais a-t-on déjà vu Snicket faire comme tout le monde ? Le vrai dénouement pourrait bien avoir lieu ailleurs.) Très vite, Kit Snicket - « enceinte et en détresse » - va quitter les trois enfants pour une mission de son cru, non sans avoir les chargés de leur mission à eux : jouer les grooms dans l'hôtel et, dûment déguisés, laisser traîner les oreilles. Dans deux jours, en effet, a lieu un grand rendez-vous VDC ; or des ennemis risquent fort de s'infiltrer. Il faudrait alors lancer un signal d'alarme afin de prévenir les volontaires, les vrais, que le dernier lieu sûr n'est plus sûr. Dans le même temps, il va de soi, il faut aussi garder l'oeil ouvert, en quête de ce fameux sucrier...Mission ultra-délicate, donc, dans un hôtel noir de monde où tout est diaboliquement ambigu et dans lequel on ne sait jamais à qui on a affaire - et surtout pas face aux deux gérants, Frank et Ernest, vrais jumeaux indifférenciables dont chacun appartient à l'un des bords adverses. Bref, épisode inrésumable, au cours duquel les trois enfants vont en permanence s'interroger, non seulement sur leurs vis-à-vis, mais encore sur leurs propres actes. A qui se fier?