MENU

.....................

Accueil
Chercher un livre
Commander un livre
Archives
Dossiers thématiques
Livres d'enfants
Scolaire
Provence
Bibliothèques
Expositions
Revues
Liens

 

Copyright 2000-2013
Librairie Gaïa
Tous droits réservés
Dernière modif. : 03/02/2014

ARCHIVES
Fête du Livre de Toulon 2004

ARCHIVES
Fête du Livre de Toulon 2005

ARCHIVES
Fête du Livre de Toulon 2006

FÊTE DU LIVRE 2003

Gil Jouanard

© 2003 Librairie Gaïa

est venu à la  Fête du Livre de Toulon 2003

Étaient aussi présents : 

S.Argondico P.Banon T.Banon J.Bucy  D.Chartier M.Chebel F.Diome E.Dumont C.Enjolet F.d'Epenoux J.C.Galli N.Gürsel G.Jouanard J.Kériguy C.Lesage M.Rufo M.de.Solemne A.Terlizzi C.Van.de.Putte M.Villalonga

Gil Jouanard est né à Avignon en 1937. Il vit et travaille à Montpellier.

Le Connemara, pays de l'imaginaire

L'image récurrente du Connemara est une immense prairie glissant vers la mer. Et tout ce vert est quadrillé d'un réseau de murets, ponctué de moutons... mais pour moi, c'est une route bleutée qui s'enfonce dans le brouillard. Et sur cette route déserte, le silence et la solitude sont nécessairement estampillés d'une silhouette lointaine plus sombre que la tourbe, celle d'un homme à pied qui va dans la direction de nulle part. L'homme du Connemara est brun noir et vert criard, avec du gris au-dessus de la tête, par endroits tachetés de bleu transparent. Le bout du monde est aussi le bout de nous-même. C'est le pays des légendes, donc celui des origines.

 

Mémoire de l'instant

Solitaire et contemplatif, Gil Jouanard était, enfant, si curieux de tout que le surnom affectueux et taquin de Spitzenaze, Nez-pointu, lui fut attribué par un familier, dans cette Allemagne des années cinquante où les aléas de sa biographie en herbe l'avaient fait échoir. Des insectes du jardin de sa maison natale, dans la banlieue d'Avignon, comme des êtres et des choses du monde, il n'a jamais cessé d'être l'observateur méditatif, parfois attendri, le plus souvent dubitatif, hésitant fréquemment entre rêverie et ironie, mais ne refusant jamais de prendre aux mots le moindre signe de réalité. C'est ainsi que, lecteur, auditeur et scrutateur de la première trace venue qui fait rêver, il lui arrive à tout moment de tomber sur celles qui font plutôt pitié, ou qui font s'insurger, et qui, au moment où il serait tenté de s'évader, le contraignent à constater que " la vie ", mais aussi " l'humanité ", ce n'est que cela, là, qu'on a sous le nez (pointu ou non). Qu'importe ! Sous la trivialité du sens commun, notre Spitzenaze s'emploie à reconnaître l'écho et l'ombre portée de l'énigme, la silhouette embrumée de la Terra Incognita - patrie première et ultime réduit de la " vraie vie "... C'est donc à partir de tout et de rien (et non de ces " petits riens " issus d'une extravagante panoplie pagnolesque ou vichyste) qu'il s'efforce de lire dans le filigrane serré de chaque instant la trame d'un monde que l'homme pourrait enfin " habiter en poète ".

 

 

Mille ans après l'an mil

Changer de millénaire, ou même simplement de siècle, qu'est ce que cela signifie ? A vrai dire, depuis la fin du fantasme millénaire qui eut de réelles conséquences sur les mentalités et sur l'architecture autour de l'An Mil, ce moment faussement charnière semble n'avoir qu'à susciter de vains bavardages et de fallacieuses rétrospectives, ainsi qu'une délirante production de " visions futuristes " dont la puérilité n'est guère avalisable qu'au titre de divertissement ! Pourtant, si nous avons répondu favorablement - et sans hésiter - à la proposition faite par Yves Gourmelon de nous associer à cette " célébration du millénaire ", en sollicitant les quinze écrivains ici présents, c'est que cette gageure s'avançait environnée d'un parfum oulipien des plus sympathiques (écrire sous la contrainte !) Et puis, voir comment s'en tireraient nos amis poètes, cela aussi nous amusait prospectivement.

 

 

Un nomade casanier

Gil Jouanard - découvert en ses jeunes années par René Char - n'a cessé de semer sur son chemin, depuis un bon quart de siècle, de minces volumes d'une prose à tonalité poétique (une trentaine de titres publiés chez divers éditeurs - surtout chez Verdier et Fata Morgana). Ses lecteurs fidèles seront surpris de le voir aujourd'hui changer brusquement de genre et passer au récit (presque au roman) avec cette autobiographie " picaresque " riche de sève et de rencontres, composée dans un registre à la fois classique et déroutant - au rebours des modes et du nombrilisme actuel. Une " fiction vraie " (Jouanard raconte sa vie comme si c'était celle d'un autre), richement nourrie d'enfance., dont le héros très peu héroïque serait parfois semblable au Candide de Voltaire, d'autres fois au Plume de Michaux.

 

Roumanie & Irlande, deux marches de l'éternité

Deux ouvrages géographiquement opposés, mais proches de cette " Europe aux anciens parapets ", constituent ce coffret. Il s'agit là de deux marges emblématiques, conservatoires des mythes fondateurs. C'est une méditation sur une migration qui, partie de la savane Est-africaine, conduisit l'Homme jusqu'au désert du Proche-Orient, avant de le faire transiter par le Caucase, les Carpates puis les étendues de l'Ouest. Gil Jouanard, nomade contemplatif, nous entraîne vers un itinéraire poétique où la terre, l'eau et le ciel se fondent pour accéder à l'être. Le paysage est fait de rumeurs aux échos obsédants qui nous amènent dans l'épaisseur d'un temps perdu.

 

Vigne en Languedoc-Roussillon. Parcours paysagers

Ils sont sept écrivains et trois photographes a avoir parcouru le vignoble du Languedoc-Roussillon. Sous leur plume, a travers leur objectif, la stricte ordonnance des souches s'égaie dans les chemins de traverse de notre imaginaire. De mer en piémont, de collines en vallées, la vigne déroule ses vagues de ceps dans un cadre à chaque fois si différent qu elle devient multiple, mettant en évidence l'extraordinaire richesse des paysages de cette région.