MENU

.....................

Accueil
Chercher un livre
Commander un livre
Archives
Dossiers thématiques
Livres d'enfants
Scolaire
Provence
Bibliothèques
Expositions
Revues
Liens

 

Copyright 2000-2013
Librairie Gaïa
Tous droits réservés
Dernière modif. : 03/02/2014

A R C H I V E S
Fête du Livre
de Toulon

2003

Fête du Livre
de Toulon

2004

Fête du Livre
de Toulon

2005

Fête du Livre
de Toulon

2006

Fête du Livre
de Toulon

2007

Fête du Livre
de Toulon

2008

Fête du Livre
de Toulon

2009

Fête du Livre
de Toulon

2010

FETE DU LIVRE DE TOULON 2010

ACCUEIL   *   Philippe ALEXANDRE   *   Thierry BEINSTINGEL   *   Jean-Louis BIANCO   *   Janine BOISSARD   *   Jean-Lucien BONILLO   *   Catherine BRIAT   *   Jean-Paul BRIGHELLI   *   Claire CASTILLON   *   Geneviève CHAUVEL   *   Malek CHEBEL   *   Stéphane CLERGET   *   Gilbert COLLARD   *   Patrice DUHAMEL   *   Alain DUREL   *   Vladimir FEDOROVSKI   *   Jean GREGOR   *   Hélène GREMILLON   *   Béatrix DE L'AULNOIT   *   Pierre LUNEL   *   Edward MEEKS   *   Jacqueline MONSIGNY   *   Claude MOSSE   *   Daniel PANTCHENKO   *   Luc RICHARD   *   Isabelle SAINT-BRIS   *   Gisèle SANS   *   Martine SCHACHTEL   *   Jean-Noël SCHIFANO   *   Michel SEGAL   *   Zoé SHEPARD   *   Didier VAN CAUWELAERT   *   Hyam YARED

Claude Mossé

viendra à la Fête du Livre de Toulon 2010
Vendredi matin Vendredi A.M. Samedi matin Samedi A.M. Dimanche Matin Dimanche A.M.

 

Claude Mossé : "Catherine, Nostradamus et le triangle noir"  Alphée

  1572...
Le royaume de France est taché du sang des victimes de la Saint-Barthélemy. Au coeur de ce massacre, se dresse une femme de pouvoir : Catherine de Médicis. La régente est-elle l'unique responsable, la seule coupable de tous les maux dont souffre le pays ? Menacée des foudres de ses opposants, elle vit dans la crainte constante du complot. Catherine, qui ne manque pas de caractère mais demeure dépendante de l'illustre astrologue Nostradamus, se débat dans un tourbillon inquiétant d'intrigues et de ruses.
Qui se cache derrière le Triangle noir, étrangement omniprésent à la Cour ?... et dans quel but ? Que signifie ce mystérieux symbole ? Pourquoi ce signe la poursuit-elle depuis sa naissance à Florence ? Malédiction, mise en garde ou conspiration politique, toutes les hypothèses sont possibles. En historien scrupuleux, en conteur familier de l'imaginaire, Claude Mossé, de rebondissement en rebondissement, nous entraîne dans cette période troublée, où catholiques et huguenots s'entredéchirent par haine et fanatisme.
Au travers des conflits et des affaires amoureuses, l'ouvrage offre une galerie de portraits où se croisent Catherine et son astrologue, Coligny, Condé, Marie Stuart et d'autres... Un roman où les drames religieux contemporains font écho à ceux d'hier et d'avant-hier.

 

Claude Mossé, historien de formation, grand reporter pendant 40 ans, auteur d’un guide touristique Mexique (Jeune Afrique) a trouvé dans ses romans populaires à succès la possibilité de revisiter le passé des peuples et des pays qu’il a visité. Soucieux de vérité historique, il ajoute à cette fresque une grande part d’imaginaire.

Claude Mossé : "Cortès, conquérant du soleil aztèque"  P. Galodé

  Que savait-on après les voyages de Christophe Colomb ? Que des terres inconnues étaient peuplées d’« Indiens » qu’on assurait couverts d’or. Les découvertes demeuraient emplies de mystères.
Naïf et rusé, sentimental et cruel, amoureux et guerrier, Hernán Cortés surgit parmi d’autres conquérants, presque tous espagnols ou portugais, alors qu’en Occident la plupart des souverains ne songeaient qu’à batailler entre eux. Cortés n’a pas posé le pied en Amérique, il a fait mieux. Au cours de sa vie, véritable film aux multiples rebondissements, la passion amoureuse se mêle à l’attrait de la richesse, il a ouvert les yeux sur une civilisation brillante : la civilisation aztèque.
Une civilisation aztèque qui a atteint un niveau que Rome, Athènes et Thèbes avaient connu. Divinités païennes… sacrifices humains… monarques d’exception tel Moctezuma… Cortés a fait connaître à l’Europe un Mexique dont la lumière brille encore, par l’éclat, la puissance de ses temples, de ses pyramides, sur tout le continent nord américain.
La chevauchée de Cortés, avide de pouvoir, à la conquête du soleil aztèque est sans doute la plus extraordinaire du début du XVIe siècle. Pour évoquer cette passionnante aventure, Claude Mossé a, selon son habitude de conteur, mêlé la fiction et la réalité, sans jamais se détourner de la vérité historique. Roman historique, récit d’une épopée, ce texte tous publics, entraîne dans son sillage les lecteurs épris d’horizons lointains, d’intrigues amoureuses, de combats épiques.

Cortés et Moctezuma, deux figures ! Le chrétien et l’Aztèque. Adversaires, complices, victorieux ou vaincus, l’un et l’autre ont appris avec leurs similitudes et leurs différences ce que les hommes devaient au Dieu Soleil. 

 

Claude Mossé et Nicole Pallanchard : "Le secret de Mozart"  Alphée

 
1787, 1788, 1789, à Paris, l'orage gronde, menace toute l'Europe.
En France, Louis XVI et Marie-Antoinette vivent les dernières heures de la monarchie. En Autriche, la Maison des Habsbourg se tient à l'écart de la tourmente. A Versailles, les intrigues ! A Vienne, la musique ! Entre Marie-Antoinette et Mozart, nés de la même terre en des temps difficiles, une amitié complice se noue peu à peu. Rapprochement naturel pour certains, alliance suspecte pour d'autres... D'autant que, lors d'un concert à Versailles, Mozart, alors enfant prodige de sept ans, a promis une symphonie au futur roi de France : morceau magique ? Morceau maudit ? Complots et conspirations s'enchaînent tout en finesse pour découvrir le secret de ces notes mystérieuses...
En historien rigoureux et conteur captivant, l'auteur nous fait entrer dans la société troublante des cours de France et d'Autriche, toutes deux à la veille de profonds bouleversements. Entre vérité historique et espionnage romanesque, nous sommes entraînés au cœur d'une intrigue aussi envoûtante que la musique du génial compositeur.

 

 

Claude Mossé et Nicole Pallanchard : "L'émeraude du Pape"  Alphée

  1309 ! Soumis au roi de France Philippe le Bel, le Bordelais Bertrand de Got, élu sous le nom de Clément V, s'installe à Avignon, premier des souverains pontifes à ne pas résider à Rome.
Lors de son couronnement fastueux, quatre ans plus tôt à Lyon ; Clément V tombe de cheval et sa tiare roule sur le sol : une émeraude de plus de cinq cents carats s'en détache. A jamais ! Qui s'en est emparé ? Mystère. Sept cens ans plus tard, les hommes liés à des sociétés secrètes - Nouveau temple, Opus Dei, sectes en marge de la franc-maçonnerie... - décident de retrouver un joyau auquel on prête des pouvoirs surnaturels.
Quelques indices recueillis au fil du temps suffiront-ils pour mettre la main sur cette émeraude exceptionnelle ? Chacun s'y emploie, mettant tout en œuvre : meurtres, vols, intrigues... Des clans s'opposent et ne reculent devant rien à Avignon, mais aussi à Rome, New York, Genève, en Irlande, au Vatican où s'enchaînent les rebondissements et les coups de théâtre. L'ouvrage entremêle l'actualité et le passé, personnages réels et héros de fiction, tout en respectant la vérité historique.
Il invite le lecteur à mener l'enquête.

 

 

Claude Mossé : "La pelisse de zibeline"  P. Galodé

  Tyran cruel ou héros d'une fantastique épopée ? Il suffit de prononcer le nom de Gengis Khan, universellement connu, pour que notre imagination s'enflamme, aussitôt transportée dans les steppes asiatiques, aux confins orientaux de l'Europe occidentale.
À la charnière des XIIe et XIIIe siècles, le chef mongol, s'inscrit par son épopée, à l'égal d'un Alexandre le Grand, parmi les plus extraordinaires conquérants de l'histoire, mais aussi parmi les plus redoutables. C'est le contexte utilisé par Claude Mossé pour nous conter les chevauchées guerrières et les passions amoureuses du Grand Khan. Au travers d'une intrigue policière rigoureuse, il nous promène des steppes de Mongolie au palais des Doges, nous fait revivre entre autres rebondissements la prise de Jérusalem par Saladin et celle de Pékin par les redoutables cavaliers mongols.

 

 

Claude Mossé  : "1789-1815. Aux larmes citoyens"  Rocher

  " N'étant ni philosophe, ni poète, ni théologien, je n'ai pas la prétention de démontrer quoi que ce soit.
De mes études d'histoire, j'ai conservé un goût spontané pour observer, sans condamner. Quelles leçons peut tirer du passé le citoyen d'une démocratie moderne? Je ne souhaite rien d'autre que la possibilité de m'exprimer en toute indépendance. Le discours dogmatique m'est étranger, j'en connais les limites et les égarements. Lorsqu'il s'agit de regarder l'histoire de notre pays, je veux librement, mais sans malveillance, combattre les impostures que nous avons acceptées comme histoire légitime.
Sans exclusion, je crains que dans l'avenir nos sociétés ne soient pas meilleures que celles d'hier et d'aujourd'hui. Ce n'est pas être pessimiste que de se vouloir lucide et inquiet. Ainsi, pourquoi nos contemporains se réclament-ils sans cesse de la Révolution qui aurait depuis plus de deux siècles illuminé notre société? Les faits, rien que les faits démontrent qu'il n'en est rien. Cet essai en apporte des preuves indiscutables.
Les années 1789-1815 sont à inscrire parmi les plus douloureuses du passé de la nation française. La tyrannie n'est pas tombée le 14 juillet 1789, les intellectuels des Lumières ont plus fait pour définir les attributs d'une démocratie, ils ont davantage décliné les droits du peuple souverain que les prophètes révolutionnaires. Ceux-ci ne pouvaient qu'enfanter la dictature impériale. C'est en hommage aux Encyclopédistes et à ceux qui, au XVIIIe siècle, ont dénoncé les excès de l'absolutisme, qui pouvaient mener des innocents au gibet, que je m'autorise à pousser ce "coup de gueule".
Les textes authentiques sont mes meilleurs témoins."

 

 

Claude Mossé et Nicole Pallanchard : "Les bûchers de la foi"  Rocher

  Comme dans les précédents volets, Le Complot Pazzi et Le Fléau de Dieu, la suite de cette fresque de la Renaissance italienne est contemporaine.
La chasse aux vices réels ou supposés, l'obscurantisme fanatique d'un côté... le relâchement des mœurs de l'autre... les prophéties que nous appelons de nos jours "mensonges d'État"... rien ne manque dans ce thriller de la Renaissance. La fiction romanesque et la réalité historique se mêlent de rebondissements en coups de théâtre, dans l'Espagne de Torquemada et l'Italie de Savonarole. Les lecteurs sont tenus en haleine jusqu'à la dernière ligne.
C'est dans une aventure riche d'enseignements pour notre temps, où se rallument les bûchers de l'intolérance et où les intrigues pour détenir le pouvoir défraient régulièrement la chronique, que l'auteur, historien et conteur, nous entraîne, en cette fin du XVème siècle, sur les pas de son héroïne Giulia, dans les cours les plus fastueuses, les couvents les plus austères où se trament de sordides complots, se nouent d'insolites amours.
Les bûchers, eux, ne s'éteignent jamais. Alors qu'à Rome les Borgia s'enfoncent dans les turpitudes, ailleurs la religion devient plus rigoureuse. Les Bûchers de la foi sont aussi la chronique d'une époque, une aventure qui s'adresse à tous les publics. Savonarole, les Borgia, des personnalités exceptionnelles... leurs destins se confondent avec celui du monde, ils éclairent aussi les merveilles de la Renaissance triomphante, des années qui annoncent les temps modernes; il n'y aurait souvent qu'à changer les noms des protagonistes.

 

 

Claude Mossé : "Le fléau de Dieu"  Rocher

  Avec Le Complot Pazzi, Claude Mossé nous a fait partager sa passion pour la Renaissance italienne.
Par une fiction ne trahissant jamais la réalité historique, les lecteurs ont découvert que la Renaissance, bijou du patrimoine universel, fut aussi le temps des intrigues, des conjurations et d'une tyrannie souvent cruelle. Avec Savonarole, Le Fléau de Dieu, c'est l'intégrisme, le fanatisme religieux, l'intolérance contagieuse qui menacent Florence. Difficile après plus d'un demi-millénaire de ne pas songer à notre actualité quand on découvre dans un roman, où il est difficile de séparer l'imaginaire du réel, tout ce que les excès de la religion peuvent depuis des siècles déclencher de haine et d'incompréhension.
Les Savonarole modernes sont, hélas, légion et le fanatisme peut ébranler notre société comme il a provoqué la chute de la République toscane dans sa magnificence. Dénonçant les tragédies des excès fondamentalistes, Claude Mossé nous entraîne de rebondissement en rebondissement à la découverte d'une époque dont nous ne connaissons que la face lumineuse.

 

 

Claude Mossé : "Le complot Pazzi"  Rocher

  La Renaissance...
Florence... La Toscane... Jamais depuis cinq siècles une époque et une province italienne n'ont suscité autant de rêves ! Écrivains, musiciens, peintres, touristes sont venus y chercher le bonheur dans l'ombre des génies toscans. A Florence, les temps modernes ont préservé ces bijoux du patrimoine universel. De cette page historique, on ne voit souvent que le visage lumineux ; et pourtant, tout y a été acquis dans les drames, les intrigues, les complots, les conjurations, les amours insolites, souvent les calculs aveugles.
La misère du peuple, la condition féminine n'intéressaient ni des princes cupides ni des banquiers âpres au gain. Le népotisme régnait, et de Florence la contagion s'est étendue à Rome. La Renaissance, à nos yeux si superbe, était aussi très fragile... C'est à la redécouverte de cette époque que nous entraîne l'auteur, dans un roman où, la rigueur historique respectée, il est difficile de séparer l'imaginaire de la réalité.
Tragique feuilleton que le récit du complot des Pazzi, qui en 1478 ébranla la fortune des Médicis ! L'histoire se situe à la fin du XVe siècle, elle est moderne et actuelle, les héros vivraient de nos jours, il n'aurait que les noms à changer.

 

 

Claude Mossé : "Ces belles en leur demeure"  Rocher

  Forteresses féodales austères ou à demi-écroulées...
manoirs enfouis dans la verdure... fastueuses demeures, contemporaines de la Renaissance ou des temps modernes... Les visiteurs passent, admirent, envient parfois les privilégiés ayant vécu dans ces logis romantiques ou baroques qui témoignent de l'Histoire et des histoires dont les murs ont été les témoins muets. Des Belles de toutes époques, qui ont donné une âme à ces lieux de plaisance, d'amours et d'intrigues.
En historien, en conteur, Claude Mossé entraîne les lecteurs en quelques sites magiques où des femmes hors du commun ont écrit des pages de gloire, d'esprit, de politique ou de passion. En Drôme provençale, Madame de Sévigné hante les vastes pièces du château de Grignan où, chez sa fille, elle écrivait... Sur les rives de la Loire où, par groupes de trente ou quarante, les touristes parcourent les couloirs du château de Loches, le spectre de l'éblouissante Agnès Sorel retrouve celui de son bien-aimé Charles VII...
À la Malmaison, près de Paris, Joséphine de Beauharnais, épouse de Bonaparte, mêla en de fastueuses réceptions intrigues politiques et protocole impérial... Dans le bocage berrichon, à Nohant, dont George Sand fit le sanctuaire romantique de toute la vie culturelle du XIXe siècle, on passe naturellement de la plume de Musset, au piano de Chopin, à la verve de Flaubert... À Saint-Jean-Cap-Ferrat, dans la villa " Santo Sospir " où pas un pan de mur n'échappa au crayon de Jean Cocteau, Francine Weisweiller accueillit dans les années de l'après-guerre, tout ce que la France des arts comptait de gens de qualité ; Francis Poulenc y retrouva Jean Marais, François Truffaut, et beaucoup d'autres...

Dans leur cadre, Claude Mossé fait revivre avec humour et précision la vie de ces femmes présentes dans la mémoire collective. Un livre qui, donne l'envie de voyager dans le temps et dans l'espace. Les belles et leur demeure alimentent nos rêves. 

 

Claude Mossé : "Le Transsibérien, un train dans l'histoire" Plon

  Il a fallu une décennie pour mettre en place 260 kilomètres du TGV Méditerranée, avec les moyens les plus sophistiqués de la technologie moderne.
Un siècle auparavant, de 1891 à 1901, soit la même durée, au prix de terribles épreuves, les ouvriers esclaves ont réussi à poser les 10 000 kilomètres de la voie la plus longue du monde. De nos jours, le Transsibérien, voulu par les tsars, exploité par les Soviétiques, demeure une légende, un mythe, qui a ouvert au monde une Sibérie alors quasiment inconnue. Une expérience que Claude Mossé a vécue en historien et en grand reporter.
Il invite le lecteur à un voyage singulier, sur les traces de Michel Strogoff et de Blaise Cendrars

 

Page à jour en octobre 2010