MENU

.....................

Accueil
Chercher un livre
Commander un livre
Archives
Dossiers thématiques
Livres d'enfants
Scolaire
Provence
Bibliothèques
Expositions
Revues
Liens

 

Copyright 2000-2013
Librairie Gaïa
Tous droits réservés
Dernière modif. : 03/02/2014

ARCHIVES 
Fête du Livre de Toulon 2003

 ARCHIVES
Fête du Livre de Toulon 2005

-
Fête du Livre de Toulon 2006

FÊTE DU LIVRE 2004

Auteurs ayant été sur notre stand :

Évelyne Bloch-Dano | Janine Boissard | Gilles BornaisPierre Charras | Jean Cuisenier | Olivier Descosse | Jacques Gimard | Jeanine Huas | Philippe Jaenada | Eduardo Manet | Hubert Michel | Isabelle Minière | Pierre Miquel | Agnès Pierron | Jean-Claude Rogliano | Dominique Sampiero | Jacques SérénaGeorges Siffredi | Yvon Toussaint | Anne Vallaeys | Bernard Violet

 

Évelyne Bloch-Dano

Prix Renaudot Essai 2004

© 2004 Librairie Gaïa

"Madame Proust"   Grasset

A la question : " Quel serait votre plus grand malheur ? ", Marcel Proust avait répondu : " Être séparé de maman "... Jeanne Proust, née Weil en 1849 dans une famille juive venue d'Alsace et d'Allemagne, est la mère du plus célèbre des écrivains. Possessive, aimante, omniprésente de son vivant mais aussi après sa mort dans l'œuvre de son fils, elle l'a protégé, éduqué, influencé, bien au-delà de l'image pieuse du baiser nocturne au narrateur d'A la recherche du temps perdu. Jeanne demeure, à bien des égards, un mystère. Pourquoi cette héritière d'une bourgeoisie juive éclairée épouse-t-elle Adrien Proust, fils d'épicier catholique, beauceron et sans fortune ? Comment cette polyglotte, pianiste, amoureuse des livres, encourage-t-elle la vocation d'un fils ? Sait-on qu'elle traduit Ruskin pour lui ? Comment accepte-t-elle les ruses et les foucades d'un enfant malade et gâté qui dort le jour et travaille la nuit ? Faut-il admettre les amitiés d'un garçon qu'on devine peu attiré par les femmes ? Cette première biographie de " la maman du petit Marcel " reconstitue la vie quotidienne d'une mère muée en vestale, en collaboratrice, en gouvernante, à travers les centaines de lettres qu'échangent deux êtres que rien ni personne ne sépare. C'est une histoire d'amour autant qu'une visite intime cher les Proust.

 

 

"Flora Tristan. La femme-messie"   Grasset

Étrange destin que celui de Flora Tristan (1803-1844) : il marque le triomphe de la volonté dans un siècle où la liberté est une idée neuve pour les femmes... Comment expliquer autrement les métamorphoses d'une Parisienne sans le sou qui échappa à sa condition et laissa à la postérité l'image trop parfaite de la Femme-Messie ? Mensonges et sortilèges ? Non, mais invention de soi-même : la jeune fille sans instruction élevée dans le Paris des artisans devient une femme de lettres, amie de Marie Dorval, rivale de George Sand. La mère de trois enfants voyage jusqu'au Pérou pour y trouver la révolution et, pourquoi pas, l'amour. L'épouse en fuite joue à la " paria-archiduchesse ", beauté aux boucles brunes, mystique lancée sur les routes de France où elle prophétise l'Union ouvrière et meurt d'épuisement. Il y a un mystère Flora Tristan : la biographe cherche les vérités et les ombres d'une figure insoumise, indomptable, mais charmeuse. Du Pérou libéré par Simon Bolivar au Paris des ruelles, de Londres où Flora Tristan se déguisa en homme pour pénétrer la Chambre des Lords à la France bourgeoise de Guizot, des barbes du Romantisme aux cercles enfumés des utopies messianistes, des prophètes de carton aux ouvriers de chair, Évelyne Bloch-Dano enquête. Reste une femme, si contradictoire, si enflammée.

 

"Chez Zola à Médan"   Ed. C. Pirot

Illustre et méconnu, tel est Émile Zola. On a lu ses romans, on sait peu de choses de l'homme. Secret, complexe, parfois contradictoire, souvent insaisissable, il s'est peu livré. Le succès de L'Assommoir fait de lui un homme public : il en profite pour acheter une maison à la campagne, à Médan, au bord de la Seine. De la " cabane à lapins " à l'édifice baroque qu'il construit au fil des années se mesure sa célébrité et son acharnement au travail. Sa maison est son œuvre. Il en dessine les plans, il en conçoit le moindre détail, il s'y enferme pour écrire, il y reçoit ses amis, elle se lit comme ses livres, elle nous parle de lui. Jamais peut-être, une maison fut à ce point le reflet d'un écrivain, de son univers intérieur, de son esthétique, de son style. Ouvrir les portes de Médan, suivre les chemins qui mènent de l'intimité au rêve, de la réalité à la création, de l'espace à l'imaginaire, et tenter de découvrir, par le texte et l'image, un autre Zola : c'est ce que nous propose Évelyne Bloch-Dano

 

"Madame Zola"   Grasset

La vie d'Alexandrine Gabrielle Meley (1839-1925) aurait pu être écrite par Émile Zola. Née dans le Paris des petits métiers, cette grisette sans le sou canote sur les bords de Seine et pose pour les Impressionnistes. Un jour, elle rencontre un Aixois travailleur. Ce sera l'unique passion de sa vie. Le couple qu'Alexandrine forme avec Emile Zola va symboliser le succès bourgeois du second Empire. Dans leur propriété de Médan, l'ancienne cousette, aux accents de " poissarde " selon Edmond de Goncourt, reçoit l'élite de l'art, de Flaubert à Maupassant. Un vulgaire bonheur ? Une muse en cuisine ? Vive, altière, généreuse, Alexandrine ne cesse jamais de se battre. Elle est à la fois forte et fragile, matrone et moderne, mère et fille. Sans doute a-t-elle construit sa vie autour d'un secret profondément enfoui, mais révélé ici pour la première fois. Cette biographie de Madame Zola, entraînante et précise, riche de correspondances inédites, traverse différentes époques : de l'affaire Dreyfus à la Grande Guerre, de la locomotive à vapeur aux années folles. On y voit l'intimité d'un écrivain. On y voit une anticonformiste entrer au Panthéon au côté de Jeanne Rozerot, qui fut la maîtresse de Zola et la mère de ses enfants. Alexandrine fut, sous les traits de l'éternelle épouse, une femme libre.