MENU

.....................

Accueil
Chercher un livre
Commander un livre
Archives
Dossiers thématiques
Livres d'enfants
Scolaire
Provence
Bibliothèques
Expositions
Revues
Liens

 

Copyright 2000-2013
Librairie Gaïa
Tous droits réservés
Dernière modif. : 03/02/2014

ARCHIVES 
Fête du Livre de Toulon 2003

ARCHIVES
Fête du Livre de Toulon 2004

ARCHIVES
Fête du Livre de Toulon 2005

ARCHIVES
Fête du Livre de Toulon 2007

FÊTE DU LIVRE 2006

Page d'accueil - J.J. Beineix - Anouar Benmalek - Macha Béranger - Jacques BertinierBernard Blaes - Jacques Brachet - Édouard Brasey - Ève Carmignani - Paul Carta - Malek Chebel - Catherine Dana - Raphaël Delpard - Chantal Desbordes - Claude Dufresne - J.P. Gourevitch - Gérard Jaeger - J.F. Kahn - Frédéric Lenormand - José Lenzini - Patrick Mahé - Irène Mainguy - Carl MeeusLuciano Mélis - Claire Nouvian - Jean Orizet - Guy Rachet - Bruno Ravaz - Georges Siffredi - Yves Stalloni - Michel Vocoret 

Gérard Jaeger

sera présent samedi 18 et dimanche 19 novembre sur notre stand

Proche du Team Alinghi, Gérard A. Jaeger, docteur ès Lettres, historien et journaliste, vit entre la Suisse et la France. Il est l’auteur d’un grand nombre de livres et d’articles dans le domaine maritime. Commissaire d’expositions maritimes et conseiller pour le Musée de la Marine, il est lauréat du Prix littéraire du Yacht Club de France.

"America's Cup. Une histoire : 1851 - 2007"  Archipel

   La plus célèbre compétition de yachting au monde
  
En 1851, l’aiguière d’argent, créée par le joaillier londonien Robert Garrard pour récompenser un exploit maritime, est décernée pour la première fois. Le 22 août, face à quatorze adversaires, la goélette America, du New York Yacht Club, barrée par le capitaine Brown, remporte la victoire.
   La Coupe de l’America, première épreuve internationale de yachting, vient de naître. Plus d’un siècle et demi plus tard, pour la première fois depuis la création de la compétition, la Coupe, après avoir séjourné aux États-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande, revient en Europe. En 2007, la Société nautique de Genève remettra donc en jeu, sur le plan d’eau de Valence, le trophée conquis par le Team Alinghi. Ce récit explique comment le plus prestigieux des affrontements sportifs a traversé le temps, résisté aux guerres, aux mutations sociales, aux bouleversements politiques, et jusqu’aux modifications des règlements de course qui auraient pu lui être fatales.
  

 

"Landru. Bourreau des coeurs."  L'Archipel

Huit décennies après son exécution capitale, Henri-Désiré Landru défie encore toute concurrence au Panthéon du crime. Propagée de son vivant par la presse et par la rue, sa réputation s'est imposée dans l'imagerie collective au côté de celle des Gilles de Rais, Lacenaire, Petiot, Guy Georges et autres Fourniret. Chacun a en mémoire sa célèbre défense: " Montrez-moi les corps! " Et pour cause: les restes des dix femmes qu'il assassina- sur 283 conquêtes recensées - furent calcinés dans une cuisinière à charbon, tandis qu'à Verdun les soldats tombaient par milliers... Arrêté le 12 avril 1919, son regard exalté et sa barbiche dardée entrent aussitôt dans l'Histoire. Mais le procès de Versailles laisse un goût d'inachevé : Landru est condamné à mort sans aucune preuve matérielle. Aujourd'hui, comment séparer l'homme d'une légende qu'il contribua lui-même à forger en ne réfutant aucune des fables qui coururent sur son compte? Gérard A. Jaeger a mené l'enquête et rouvert le dossier de ce Don Juan devenu Barbe Bleue. Procédant au réexamen systématique de toutes les pièces d'archives disponibles, il dresse le portrait d'un tueur en série qui n'était sans doute pas le petit-bourgeois au-dessus de tout soupçon - aujourd'hui incarné par Patrick Timsit dans le téléfilm de Pierre Boutron sur TF1- que son procès révéla, mais un personnage en quête de reconnaissance.

 

"Carnets d'exécutions (1885-1939) d'Anatole Deibler" annoté par Gérard Jaeger

Rôdeurs des villes et des campagnes, parricides, anarchistes, maquisards corses, membres du grand banditisme... De 1885 à 1939, près de quatre cents têtes roulent dans le panier d'Anatole Deibler, le " bourreau de la République ", dont celles de Ravachol, Caserio, Raymond la Science (de la bande à Bonnot), Landru, Gorguloff. Chacune de ces exécutions attire une foule de curieux avides de sensations malsaines. Le guillotineur voudrait détourner le regard, mais il est prisonnier de sa charge. Son quotidien ligoter, entraver, livrer aux bois de justice des hommes dont la société ne veut plus. À peu de chose près, ses semblables. Fils et petit-fils de bourreau, le jeune Deibler ne se voyait pas perpétuer la tradition familiale. Son destin l'avait rattrapé en 1885 : pour la première fois, l'héritier faisait tomber le couperet de la " veuve ", comme on surnommait la guillotine. À vingt-six ans, il avait déjà cent têtes à son actif, un nom à porter, une réputation à tenir. Et un lourd fardeau de culpabilité. C'est pour l'alléger qu'il entreprit la rédaction de ses " carnets ". D'abord il consignait, au crayon, quelques faits relatifs à la condamnation, glanés dans la presse et auprès des tribunaux d'assises.
Puis, le jour venu de l'exécution, il recopiait ces pages à l'encre brune, ajoutant, pour être quitte, quelques observations de son cru sur les derniers instants des suppliciés... Année après année, les pages de l'exécuteur officiel de la République composent un troublant journal intime, fait de sang, de honte, de répulsion et de fascination. Un document unique sur l'univers criminel français de 1885 à 1939, dont la vente publique à l'Hôtel Drouot en février 2003 fit sensation. Gérard A. Jaeger en présente ici pour la première fois des pages choisies, complétées de fac-similés, de photos et de documents inédits.

 

"Les amazones des sept mers"  Félin

Portées par la vengeance, l'ambition ou l'intérêt, intelligentes, intrépides, les amazones furent parfois le bras armé du pouvoir... jamais les esclaves de leur destinée. Femmes d'exception, entrées par effraction dans la grande histoire de la piraterie, leur vie illustre avec éclat quelques hauts faits de l'épopée maritime, de la Renaissance à nos jours. Des Caraïbes à la Méditerranée, de la Manche à la mer de Chine, les rapines de ces fougueuses aventurières furent aussi célèbres que leurs amours impétueuses. À la tête de leurs expéditions, elles subjuguèrent tous ceux qui ont croisé leur chemin, ennemis ou compagnons de fortune, parce qu'elles surent jouer de la ruse et de la force, suscitant ainsi le respect, la colère et l'envie. Un mélange d'attirance et de répulsion. Avec ces portraits taillés au sabre tranchant de l'aventure maritime, dans la fumée suffocante des canonnades, des abordages audacieux, des courses au bout du monde, Gérard A. Jaeger retrace plusieurs siècles d'exploits flamboyants, l'aventure dans ce qu'elle a d'essentiel, de déraisonnable et de poétique à la fois. Cette page d'histoire, comme la psychanalyse d'une violence ancestrale, prend le lecteur à contre-pied de tous les principes de civilisation.

 

"Les Rosenberg. La chaise électrique pour délit d'opinion."  Félin

La condamnation à mort d'Ethel et Julius Rosenberg au printemps 1951 a suscité des vagues de manifestations dans le monde. Leur exécution continue d'alimenter de nombreuses controverses. Condamnés pour s'être livrés à des activités d'espionnage au profit de l'URSS, militants " politiquement incorrects ", ils furent avant tout les victimes expiatoires de la Guerre froide. La querelle, qui tourne exclusivement autour des faits - Gérard A. Jaeger les rappelle avec minutie -, ne dit rien sur le fond de l' " Affaire Rosenberg ". Un regard sur l'attitude des accusés pendant leur procès, leur silence devant les juges, permet de proposer aujourd'hui une conclusion dont les origines se trouvent dans la psychologie des personnages. Au-delà des jugements sur leur innocence ou leur culpabilité, leur geste de liberté face à l'accusation ne doit pas être considéré comme un épiphénomène de l'Histoire, mais bien comme un acte de résistance contre la " chasse aux sorcières ". Cinquante ans après, alors que de nombreuses voix s'élèvent aux Etats-Unis contre les menaces qui pèsent sur les libertés civiques - comme dans de nombreux autres pays démocratiques -, la question posée par l'auteur est décisive : qu'avons-nous fait de l'héritage moral des Rosenberg et du devoir de résister à la raison d'État qu'ils nous ont légués ?

 

"Rodin et les femmes. Indiscrétions d'atelier"   Éd. de l'Aire

" Rose Beuret, compagne évanescente et discrète, referma doucement la porte pour ne pas déranger le maître et ne pas distraire le modèle. Rodin ne l'avait pas vu s'immiscer dans le fond de l'atelier. Il regardait la jeune fille aux longs cheveux démêlés qui posait devant lui, comme un fauve épie sa proie. Il cherchait à comprendre son secret de femme, ses espoirs et ses tourments, son désir d'être reconnue jusqu'au plus profond d'elle-même... " Comme tous les héros de ses précédents ouvrages, comme Nicolas Chenaux dans La Confusion de Marengo - roman paru aux Editions de l'Aire - Auguste Rodin est un personnage pluriel, difficile à cerner dans les arcanes de la création. Sa complexité, ses contradictions font de ce sculpteur immense un homme un homme de doutes et de souffrances que l'auteur de ce livre, en poussant la porte de l'atelier, regarde aimer, vivre et travailler passionnément. En toute indiscrétion.

 

"Les femmes d'abordage"  Éditions Néva

Pirates ou flibustières, elles ont échappé à la mort par génie ou par machiavélisme, corsaires, elles ont assumé l'adversité avec stoïcisme pour finir leurs Jours dans un anonymat propice à leur légende. Et pourtant... Elles vécurent l'instant présent avec concupiscence et volupté, en dehors de toute norme et de toute moralité. Nobles ou roturières, quelle que fût leur nationalité, chargées de courage et d'abnégation, fidèles ou volages elles furent avant tout des femmes d'abordage, violentes et passionnées par la guerre et l'amour. Comme elles étaient entrées avec fracas dans l'univers hostile et suspicieux des hommes, elles ont dû lutter sur tous les fronts pour survivre à leur " métier ". Quelques pirates, parfois, furent ainsi condamnés à la potence à leur place ! Leur image romanesque est issue de cette vérité historique.

 

"Hong Kong. Chronique d'une île sous influence"   Félin

Hong Kong sonne comme le nom mythique d'une aventure où l'Europe conquérante a brûlé son imagination aux feux d'un Orient légendaire. Le 1er juillet 1997, la parenthèse britannique se refermera : l'ancienne possessioin anglaise intégrera, non sans frissons, le giron de la Chine communiste. À Hong Kong, les successeurs de Mao prennent le tournant du XXIe siècle, et leur revanche sur l'Occident colonial. En un siècle et demi, aux confins de l'empire du Milieu, " l'île aux parfums " est devenue la vitrine baroque d'un capitalisme triomphant, fruit parfois amer d'une aventure haute en couleur, et qui a grandi sur les ruines d'une victoire militaire, financée par des armateurs indélicats, plus contrebandiers que négociants. Retracer la genèse de Hong Kong, c'est démêler les fils d'une histoire millénaire où surgissent les pirates des mers de Chine, les Occidentaux corrupteurs et les mandarins corrompus, les guerres de l'Opium, la politique de la canonnière et les délices de la diplomatie secrète. C'est aussi découvrir, aujourd'hui, la puissance des triades dont le pouvoir occulte sera l'une des clés de la transition en cours.