MENU

.....................

Accueil
Chercher un livre
Commander un livre
Archives
Dossiers thématiques
Livres d'enfants
Scolaire
Provence
Bibliothèques
Expositions
Revues
Liens

 

Copyright 2000-2013
Librairie Gaïa
Tous droits réservés
Dernière modif. : 03/02/2014

Les Croisades

Accueil     Histoire des Croisades     Les héros     Jeunesse     Les autres croisades

Histoire des Croisades

 

Cécile Morrisson : "Les croisades"  Que Sais-Je ?
Alors que l'expression " guerre sainte " fait à nouveau florès et que les conflits entre l'Orient et l'Occident semblent se radicaliser, il est tentant d'invoquer les Croisades et de s'interroger sur ce phénomène historique qui a suscité tant de passions. Pèlerinage armé ou guerre juste visant à délivrer la Terre Sainte et offrant à ses participants le pardon de leurs péchés, les Croisades ne peuvent être réduites à l'expression du fanatisme et de l'intolérance. De 1099 à la fondation du royaume latin de Jérusalem, cet ouvrage rappelle le déroulement des expéditions en Orient, leur organisation et leurs conséquences sur la formation de la Chrétienté occidentale et ses relations avec Byzance, les chrétiens d'Orient et le monde musulman.

 

Jean Flori : "La guerre sainte" Aubier
1095 : l'appel du pape Urbain II à Clermont ouvre une ère nouvelle, celle des croisades. Pendant plusieurs siècles, elle va opposer la chrétienté au monde musulman pour la possession de Jérusalem et des lieux saints. En s'adressant directement aux chrétiens d'Occident pour les inciter à aller délivrer le Saint-Sépulcre, aux mains des musulmans depuis 738, le pape innove : il pose les fondements d'une véritable institution dont ses successeurs vont peu à peu fixer les rites, les modalités et les privilèges. Pourtant, la croisade ne naît pas de rien. Elle a une préhistoire que ce livre cherche à éclairer, explorant principalement les Xe et XIe siècles que l'on dit parfois obscurs. La croisade apparaît alors comme l'aboutissement d'un lent processus qui voit s'accomplir une véritable révolution doctrinale : elle conduit l'Eglise de la non-violence professée aux origines à l'usage sacralisé et méritoire des armes. Dès lors, une nouvelle lecture de la croisade se dessine, qui met l'accent sur une dimension fondamentale aujourd'hui trop négligée, celle de la guerre sainte, rejoignant certains aspects du jihad.

 

Claude Lebédel : "Les Croisades, origines et conséquences" Ouest-France
Les croisades se sont déroulées durant environ deux cents ans sur les territoires actuels de la Syrie, du Liban, d'Israël, de Palestine et de Jordanie. Elles sont restées très présentes dans la mémoire collective des peuples. Leur interprétation a fait pendant très longtemps une part sans doute excessive au seul point de vue occidental sans tenir compte suffisamment du point de vue du monde islamique et même sans interrogation sur ce que ces croisades avaient pu représenter pour les populations locales chrétiennes. L'actualité parfois brûlante fournit ainsi l'occasion d'une nouvelle analyse et de nouvelles réflexions sur une période historique en nous permettant ainsi de mieux comprendre le présent à la lumière d'une meilleure connaissance du passé.

 

Bernard Baudouin : "La fantastique épopée des Croisades" De Vecchi
De 1096 à 1291, l'Occident et l'Orient allaient connaître quelques-unes des pages les plus terribles de leur longue et mouvementée histoire. En effet, en l'espace de deux siècles, huit croisades furent organisées, mettant à contribution les plus grands seigneurs et chevaliers d'Europe, pour aller combattre en Terre sainte et délivrer Jérusalem des mains des " infidèles ". De la première expédition menée par Godefroy de Bouillon, qui donna naissance aux États latins d'Orient et à l'efflorescence des grandes cités chrétiennes (Saint-Jean-d'Acre, Antioche, Césarée...), à celle de saint Louis qui vit la fameuse déroute des croisés à Mansourah, l'auteur nous raconte les mille péripéties de ces croisades en terre d'Orient et il nous dresse les portraits des héros, chrétiens ou musulmans, qui s'y sont illustrés.

 

Gérard Poumarède : "Pour en finir avec la Croisade" PUF
Les XVIe et XVIIe siècles furent-ils marqués par un choc des civilisations entre l'Occident chrétien et l'Orient musulman ? Pour tenter de répondre à cette question, dont les enjeux rejoignent des préoccupations très actuelles, Géraud Poumarède a rassemblé et analysé une vaste documentation, puisée dans de nombreux fonds d'archives, au Vatican, à Venise ou encore à Paris. Cette minutieuse enquête lui permet aujourd'hui de proposer une réflexion originale et novatrice, souvent iconoclaste, sur les conflits qui opposent les Européens aux Turcs durant la période moderne. Certes, les assauts répétés des troupes ottomanes suscitent l'affirmation d'une culture de la confrontation dans le monde chrétien. L'ennemi y est perçu comme un infidèle, un barbare et plus tard un despote. Prophéties et plans de conquête se multiplient pour annoncer sa défaite imminente. L'affrontement paraît total et prend les allures d'une véritable croisade... Il faut pourtant relativiser la portée de ces slogans et de ces idées. Non seulement ils finissent par s'apparenter à une simple rhétorique, mais leur influence sur les relations internationales et les pratiques de la guerre demeure étroitement limitée. Ainsi, la lutte contre les Turcs perd progressivement sa spécificité. 
Les appels à la mobilisation lancés par la papauté ne recueillent qu'un faible écho chez les souverains du temps. Sur le terrain, les hommes du combat contre l'infidèle sont pour la plupart des traîneurs de sabre et non des guerriers de Dieu. Cette banalisation favorise une redéfinition des rapports entre les puissances occidentales et l'Empire ottoman qui n'exclut plus totalement l'établissement de liens pacifiques avec ce dernier, voire la conclusion d'alliances plus étroites avec lui.

 

Nicolas Faucherre : "La fortification au temps des Croisades" P.U. Rennes
Ce colloque international présente ainsi pour la première fois les travaux les plus récents de ces équipes internationales qui font de l'étude du monument, de son architecture et de son substrat un point nodal. Au travers des communications se révèlent une nouvelle lecture de l'histoire de l'architecture, de la fortification, et, au-delà, une nouvelle histoire des relations entre tous ces protagonistes. On peut désormais mieux, appréhender les influences réciproques entre belligérants, mesurer combien les facteurs de guerre propres au Moyen-Orient ont pu engendrer des solutions architecturales originales et innovantes, proposer de nouvelles perspectives par une analyse plus détaillée de la construction, de la poliorcétique ou encore des échanges techniques à travers la Méditerranée.

 

Charles Henneghien : "Sur les traces des Croisades" Renaissance du Livre
" Ce livre est un survol à la fois géographique et historique de l'aventure des croisades, depuis les prémices au concile de Clermont-Ferrand jusqu'aux positions de repli successives, à Chypre, Rhodes et Malte, après l'échec. Je ne suis pas historien. Je suis un " reporter ". J'ai suivi les croisés à la trace.  Mais le véritable intérêt de cette démarche est dans la rencontre des peuples et des communautés qui s'affrontèrent au temps des croisades et qui cohabitent, aujourd'hui encore, dans cette poussière qu'est le Moyen-Orient, à nouveau déchiré de haines."

 

Collectif : "L'orient au temps des Croisades" GF
Au-delà des représentations nées de la fascination et de la répulsion qu'a exercées l'Orient sur les croisés et leurs historiens, que savons-nous vraiment de l'Orient de ce temps-là ? Peu de chose, sauf à changer de camp et à solliciter le témoignage contemporain des Arabes eux-mêmes, ceux qui ont vécu, entre le XIe et le XIIIe siècle, les bouleversements survenus dans ces contrées convoitées. Qu'ils émanent de fonctionnaires, d'historiens, de savants, de voyageurs, ou encore de simples particuliers, les textes réunis ici, en partie inédits en français, ressuscitent de l'intérieur un monde ignoré : l'effroi provoqué par l'irruption de peuples nouveaux - les Turcs, les croisés et, autrement plus redoutables, les Mongols ; la formation turbulente de dynasties non arabes, notamment celle fondée par Saladin ; le triomphe du sunnisme sur le chiisme, le développement du soufisme et les relations, souvent paisibles, parfois tendues, entre musulmans, juifs et chrétiens ; l'essor économique des villes, la vie bariolée des souks, le déroulement des fêtes et des pèlerinages, la place des femmes... Cette anthologie rassemble près de quatre-vingts textes, présentés, annotés et traduits, pour certains d'entre-eux, par Anne-Marie Eddé et Françoise Micheau.

 

Arnaud de La Croix : "Les Templiers au cœur des croisades" Rocher
L'histoire de l'ordre du Temple coïncide, à quelques années près, avec celle des croisades. Aussi ne peut-on comprendre les Templiers sans les replonger dans ce contexte. Étudiant les documents relatifs à la fondation de l'ordre, longtemps restée dans l'ombre, l'auteur a constaté que celui-ci fut immédiatement sujet à controverse. Au cours du XIIe et du XIIIe siècle, les termes du débat évoluèrent, mais le Temple ne cessa jamais d'être mis en question. L'ascension prodigieuse de l'ordre, sa chute précipitée, le rôle clé joué par Bernard de Clairvaux, les rapports à l'islam, les mutations de la société, l'idéal et les déviances des Templiers, le pourquoi du mythe enfin - toutes ces questions méritaient une approche nouvelle.

 

Jacques Heers : "La première Croisade ; libérez Jérusalem" Tempus Perrin
Déclenchée par la prédication d'Urbain II à Clermont en novembre 1095, cette croisade allait lancer peuple et barons vers la Terre sainte. Jacques Heers raconte la mobilisation des quatre armées, l'enthousiasme des foules entraînées par la prédication des ermites, foules hétéroclites de pèlerins voués au désastre. Il met l'accent sur les arrière-plans d'une entreprise tellement inédite et déraisonnable. Puis il décrit les longues marches à travers l'Europe centrale, les sièges interminables, la découverte de l'Orient, mais également le massacre des " pauvres gens " par les Turcs en octobre 1096 ; et enfin - le 7 juin 1099 - la découverte de Jérusalem par une cohorte épuisée, divisée, que la menace turque et l'espérance religieuse font encore tenir.

 

Geoffroy de Villehardouin : "La conquête de Constantinople. Histoire de la IVè Croisade"  Tallandier
En 1198, Innocent III lance un nouvel appel à la croisade le quatrième dans l'histoire de la Chrétienté. Si aucun souverain n'y répond, il rencontre en revanche un vif succès auprès des chevaliers et des barons. L'expédition sera acheminée par mer, via Venise qui fournira les navires nécessaires. Malheureusement, les croisés ont surestimé leurs effectifs et la somme promise aux Vénitiens ne peut être acquittée. Des tractations s'engagent avec la république marchande. Celle-ci oblige les croisés à prendre la ville chrétienne de Zadar, sur la côte dalmate, mais les chevaliers manquent toujours de fonds. Ils acceptent alors de s'impliquer dans les querelles dynastiques de l'Empire byzantin. En 1203, ils investissent une première fois Constantinople afin de remettre sur le trône l'empereur déchu Isaac II Ange. De promesses non tenues en révolutions de palais, la situation dégénère. Les croisés mettent la ville à sac en 1204, pillent ses trésors et massacrent la population. Cet élan de la foi qui devait délivrer Jérusalem se termine en bain de sang sur les rives du Bosphore.

 

Amin Maalouf : "Les croisades vues par les Arabes" J'ai lu
Juillet 1096 : il fait chaud sous les murailles de Nicée. A l'ombre des figuiers, dans les jardins fleuris, circulent d'inquiétantes nouvelles : une troupe formée de chevaliers, de fantassins, mais aussi de femmes et d'enfants, marche sur Constantinople. On raconte qu'ils portent, cousues sur le dos, des bandes de tissu en forme de croix. Ils clament qu'ils viennent exterminer les musulmans jusqu'à Jérusalem, et déferlent par milliers. Ce sont les " Franj ". Ils resteront deux siècles en Terre sainte, pillant et massacrant pour la gloire de leur dieu. Cette incursion barbare de l'Occident au cœur du monde musulman marque le début d'une longue période de décadence et d'obscurantisme. Elle est ressentie aujourd'hui encore, en terre d'islam, comme un viol.

 

Régine Pernaud : "La femme au temps des Croisades" Poche
Dix ans après La Femme au temps des cathédrales, la grande historienne du Moyen Age poursuit l'enquête au travers de l'épopée des croisades, qui passe, bien à tort, pour essentiellement masculine. Les croisades ne furent pas seulement affaire de batailles. Des familles entières allèrent s'installer en Terre sainte. Des bourgeoises ou des grandes dames, des femmes de commerçants ou d'artisans, des religieuses côtoyèrent les femmes turques, arméniennes, byzantines, subirent la rigueur des défaites, de l'esclavage, de l'exil. A travers archives et chroniques, en France et au Proche-Orient, Régine Pernoud a reconstitué ces destins dans cette fresque grandiose, où se poursuit aussi une réflexion sur la rencontre entre les peuples et les cultures.

 

Roberto Cassanelli : "La Méditerranée des Croisades" Mazenod
L'histoire du monde méditerranéen a été profondément marquée par les croisades, du XIe au XIIIe siècle. Pèlerinages armés lancés par les papes pour libérer Jérusalem et la Terre sainte de la domination musulmane, les croisades sont généralement étudiées d'un point de vue " européo-centrique ". Or la confrontation des différentes civilisations, depuis la péninsule ibérique jusqu'au Proche-Orient en passant par l'Afrique du Nord, l'Europe, le monde byzantin, arménien, turc, a eu de fortes répercussions politiques, économiques et religieuses. Mais surtout les croisades se révèlent un terrain privilégié d'échanges artistiques, de mélanges de modèles, de techniques d'exécution, de matériaux, d'usages figuratifs entre l'Orient et l'Occident. Cet ouvrage rend compte de ces échanges à partir de multiples exemples inspirés de l'art antique de la Syrie et de la Palestine, de Byzance, de l'Occident chrétien et de l'Islam.

 

Bernard Lewis : "Les Assassins. Terrorisme et politique dans l'Islam médiéval" Complexe
Au Moyen Age, pendant deux siècles, une secte islamique organisée en véritable internationale terroriste, pratique l'assassinat politique sous toutes ses formes, se forgeant ainsi une réputation mondiale d'Assassins. Aujourd'hui encore, l'histoire des Assassins nous concerne, car elle est une première et fascinante représentation des péripéties tragiques qui, dans des contextes différents, se sont reproduites jusqu'à nos jours. Les idéologies sont autres, mais les lois du jeu politique étant constantes, le modèle reste le même. Au nom de la cause, la fin, déjà, justifiait les moyens.