MENU

.....................

Accueil
Chercher un livre
Commander un livre
Archives
Dossiers thématiques
Livres d'enfants
Scolaire
Provence
Bibliothèques
Expositions
Revues
Liens

 

Copyright 2000-2013
Librairie Gaïa
Tous droits réservés
Dernière modif. : 03/02/2014

©2004 -  Illustration Hélène Mongin

Algérie : la littérature au chevet de l'histoire

Accueil du Guide | Présentation | De la Préhistoire à 782 | De 782 à 1830 | La colonisation française | Guerre d'indépendance : les documents | Guerre d'indépendance : la littérature | Algérie contemporaine : les documents | Algérie contemporaine : la littérature | le polar | la cuisine | les arts | la B.D. | Littérature jeunesse | Crédits

De 782 à 1830

ENTRE RAZZIAS ET EMPIRES

 

La période ottomane   |    Abd el-kader

 

   Le vide ! pas un texte fiable sur l'arabisation et l'islamisation du Maghreb. Le plus proche commentateur, Ibn Khaldûn, travaille dans une tradition orale qui entre deux et cinq siècles. On n'a plus qu'à débrider l'imagination comme le font les romanciers.

 

  • Salah Guemriche : "Un amour de djihad" Balland - 1995.

Un roman sur la conquête arabe.

 

  • Chantal de la Vérone : "Yaghmurasan, premier souverain de la dynastie des Abd-al-Wadides de Tiemcen" Ed. Bouchêne - 2002.

    ... et un autre sur l'Algérie au moment de la chute de l'empire des Almodohades.

 

  • Malek Chebel : "Le livre des séductions" Payot - 2002

  • Malek Chebel : "L'imaginaire arabo-musulman" PUF - 2002.

  • Malek Chebel : "L'esprit de sérail, mythes et pratiques sexuelles au Maghreb" Payot - 2003.

   Le sociologue de l'Islam tente de faire œuvre d'historien en enquêtant sur un présent pour une part porteur du passé musulman arabe et ottoman, pour l'autre d'un substrat berbère. Leur degré de mélange permet en partie de reconstituer les moments de la "conquête".

 

Mieux connue, la période ottomane :

  • Henri Delmas de Grammont : "Histoire d'Alger sou la domination turque 1515-1830" Bouchêne - 2002.

  • Eugène Vayssettes : "Histoire de Constantine sous la domination turque 1515-1837" - Bouchêne - 2002.

  • Laugier de Tassy et Jacques Philippe : "Histoire du Royaume d'Alger (1717)" Ed. Loysel -1992.

  • Hamdam Ibn-Utman : "Le Miroir, aperçu histoire sur la régence d'Alger (1833)° Ed. Sindbad - 2003.

 

   Plusieurs ouvrages pour nous raconter la geste de Barberousse (Khaïr el-Din), le fondateur de la Régence d'Alger. Guerroyant tantôt contre les Espagnols, qui affichaient alors des prétentions sur le Maghreb, tantôt contre les tribus berbères, il parvint à asseoir la puissance ottomane autour d'Alger, alors modeste port de corsaires, pour en faire la capitale de la nouvelle possession. Période de grands travaux, de guerres, de pas de deux entre sabre et tractations diplomatiques avec l'Occident : Barberousse entra dans la légende tant par son génie stratégique que par sa cruauté.

 

Deux très beaux livres d'architecture :

  • Sakina Missoum : "Alger à l'époque ottomane" 

  • Lucien Golvin : "Palais et demeures d'Alger à la période ottomane" Edisud - 2002

 

 

Abd el-kader       1808 - 1883

  

 Le personnage est à ce point complexe qu'il a pu être "embauché" par des partis que tout oppose. La France du XIXè, après l'avoir combattu, en fit un héros, un guerrier à ce point valeureux que le soumettre faisait d'autant mieux rejaillir la gloire de son vainqueur. Pour certains intellectuels, il fut l'emblème d'un possible renouveau spirituel de l'Occident, alors en proie au début de la fièvre capitaliste, par l'Orient ; il y eut en France un parti Kadérien ; les Francs-maçons l'adoptèrent ; le FLN en fit le père fondateur de la Nation après avoir gommé sa mystique ; pour les arabes du Proche-Orient, il le premier penseur du pan-arabisme. Les églises, toutes fois confondues, le tiennent pour le plus grand mystique de son siècle, les apostoliques pour un socle sur lequel bâtir le dialogue Islam-Chrétienté, etc. etc.

  • Smaïl Aouli, Ramdane Redjala & Philippe Zoummeroff :  "Abd el-kader" Fayard 1994.

   Le parti ici est celui de la sagesse. Pour les raisons que l'on vient d'évoquer, on a choisi de rédiger cette biographie à plusieurs plumes, trempées dans des encres de sensibilités différentes : plus d'unilatéralisme, le personnage ne s'y prête pas. D'autre part l'exploitation de nouveaux documents d'archives apporte désormais une connaissance plus fine : par exemple, la partie consacrée aux campagnes de 1830-1847 est une précision saisissante. Une histoire événementielle donc, laissant aux spécialistes le soin de présenter l'émir en soufi disciple de Ibn Arâbi.

 

  • Bruno Etienne et François Pouillon : "Abd el-kader le magnanime" Découvertes Gallimard - 2003

   Une riche iconographie commentée, en provenance des deux partis de la geste kadérienne accompagne un récit succinct déroulé dans sa chronologie. De plus l'ouvrage s'attache à restituer le contexte des représentations symbolisées par l'idéologie qui les promeut. On y souligne que,  curieusement, les lectures ont fini par se rejoindre dans leur souci d'ôter au message de l'émir toute résonance avec le débat de l'époque.

 

Cette diversité se retrouvera dans les différentes biographies publiées depuis cent cinquante ans. Les oeuvres d'Abd el-kader sont en partie accessibles, on ne peut que recommander leur lecture à tous ceux que fascinent la poésie et la mystique musulmanes :
  • "Écrits spirituels " (trad. M. Chodkiewicz) Seuil - 1982

  • "Le livre des haltes" (trad. A. Gilis) Ed.  Alif - 1996

  • "Lettres aux Français" (trad. R. Khawam) Phébus - 1977.

 

 

  • Bruno Etienne : "Abd el-kader" Hachette-Littératures - 2003

   Très différente est l'approche de Bruno Etienne. On pourrait dire qu'il écrit sous la dictée et le contrôle de l'émir, il en a une vision. L'histoire est ici un roman de geste, une prosopopée mystique. Bruno Etienne écrit en franco-musulman l'épopée d'un héros qui a aimé la France et la culture française en dépit de ce que les hideux bourgeois de M. Thiers et leurs sbires ont fait subir - trahisons, massacres inutiles - à son peuple et à sa religion. Le lecteur perçoit très vite la chaîne de causalité (et de responsabilité) qui mène au désastre de l'Algérie contemporaine. Il est rappelé qu'avec leur émir, ce sont des milliers d'Algériens, l'élite qui avait survécu à la conquête, qui quittèrent, au milieu du XIXè, le pays livré à la barbarie du colonisateur. L'actualité de la réflexion sur l'Islam, conduite à partir de la pensée d'Abd el-kader, nous prend jusqu'au vertige : les thèmes de l'exil, de l'exotérique et de l'ésotérique de la religion révélée, la question du degré de la compromission avec l'Histoire que peut envisager un croyant, la nostalgie du Paradis perdu, autant de questions toujours plus prégnantes dans le contexte des relations entre l'Occident et le monde musulman.