MENU

.....................

Accueil
Chercher un livre
Commander un livre
Archives
Dossiers thématiques
Livres d'enfants
Scolaire
Provence
Bibliothèques
Expositions
Revues
Liens

 

Copyright 2000-2013
Librairie Gaïa
Tous droits réservés
Dernière modif. : 03/02/2014

le CML, le Collège Méditerranéen des Libertés,  propose dans le cadre de son cycle de conférences

"Où allons-nous ?"

Jean-Claude Ruano-Borbalan

©2005 Librairie Gaïa
Photo Librairie Gaïa

a donné une conférence à la Fac de Droit
mardi 8 mars 2005

"L'Amérique, un empire culturel ?"

Jean-Claude Ruano-Borbalan, ancien directeur de publication de la revue Sciences Humaines et Sylvain Allemand, journaliste pour cette revue, analysent ici les idées reçues des détracteurs comme des défenseurs de la mondialisation pour mieux en expliquer les tenants et les aboutissants dans les domaines économique, politique mais aussi culturel et social.

"Identité. L'individu, le groupe, la société."  Sciences humaines
En l'espace de quelques décennies, l'identité s'est imposée comme une notion majeure pour les sciences humaines mais également comme un enjeu de société crucial. Comment se construit l'identité individuelle ? Comment se fait l'intégration des Individus au sein d'un groupe, d'une communauté ou d'une société ? Comment analyser les conflits ethniques et religieux ? La mondialisation mène-t-elle à l'unification des cultures ? Telles sont entre autres les questions auxquelles cette nouvelle édition, très largement renouvelée, se propose de répondre, à travers les contributions des meilleurs spécialistes, en appréhendant l'Identité à ses différentes échelles, tant au niveau de l'Individu que du groupe ou de la société.

 

"Transmettre en éducation, formation et organisation"  Démos
Chaque année, le groupe Demos organise conjointement avec la revue Sciences Humaines, un forum destiné à offrir des échanges entre universitaires, sociologues et responsables au sein des entreprises. Les actes du forum de juin 2002, consacré à la transmission du savoir, de la mémoire, de la culture, des valeurs, sont publiés aujourd'hui dans cet ouvrage sous le titre : Transmettre en éducation, formation et organisation. La question de la transmission est d'actualité. Dans le domaine de l'éducation, malgré la critique de la pédagogie traditionnelle, la question de savoir quelles valeurs et quelles connaissances l'institution scolaire et les organismes de formation doivent transmettre a gardé toute son acuité. Cet ouvrage fournit un état de la réflexion des plus grands spécialistes universitaires, chercheurs, sociologues de la transmission des savoirs, qui s'interrogent sur des questions principales telles que : - la transmission familiale, - la communication et ses biais, - la transmission des savoirs en éducation et en formation, - la tradition ou les réinventions culturelles et religieuses, - la constitution du patrimoine culturel, - la fabrication des identités et la mémoire des groupes sociaux...

 

"Le pouvoir. Des rapports individuels aux relations internationales." Sciences humaines
Le pouvoir a longtemps été conçu comme un bien, sacré ou non, que détenaient les hiérarchies sociales. Il est aujourd'hui pensé comme une relation : de domination, d'influence, d'autorité entre des individus. Autant d'aspects que les sciences humaines et sociales ont largement explorés depuis plusieurs décennies. Cet ouvrage donne des clefs pour appréhender au mieux les différentes formes de pouvoir, des rapports entre individus aux relations internationales. Il remonte aux sources du pouvoir (préhistoire, imaginaire, culture), passe par les théories et les penseurs l'ayant étudié (la sociologie, les relations internationales, la psychologie sociale, Hannah Arendt, Michel Foucault...), rencontrant au passage les différents acteurs intervenant dans les relations de pouvoir (individus, groupes, institutions...). Ce livre se propose également de comprendre les dynamiques à l'œuvre dans la société, à travers celles de ses différentes institutions (Etat, famille, religion, organisations...) dans ses différentes formes (hiérarchie, autonomie, gouvernance, réseaux...).

 

"La mondialisation"  Le cavalier bleu
" La mondialisation, c'est le triomphe du libéralisme sauvage ". " La mondialisation profite aux pays riches ". " Un citoyen mondial est en train de naître ". " Les multinationales sont les nouveaux maîtres du monde ". " La mondialisation détruit l'environnement ". " La mondialisation favorise les crises et les krachs "...

 

"Changement et innovation en formation et organisation"  Démos
L'idée de changement s'est fortement ancrée dans les sociétés actuelles. Les individus sont marqués par la volonté de réussir leur vie aux plans familial, personnel ou professionnel : changer sa vie pour accomplir ses projets et se former, travailler mieux... L'une des grandes questions pour chacun est devenue la transformation de soi, la recherche identitaire ou de reconnaissance. C'est l'un des problèmes clés en formation et organisation où la nécessité d'apprendre, de changer, se heurte aux émotions, aux affects et aux résistances identitaires. La question du changement, au cœur de la réflexion sur les organisations, porte notamment sur les innovations technologiques, les mutations managériales, l'apprentissage organisationnel... La question se pose également au plan des relations de travail : existence de contraintes fortes inhibant ou freinant le changement organisationnel, croyances des acteurs, situations de menace, procédures inadaptées et concurrentes, etc. Les contributions de ce livre, œuvre des meilleurs spécialistes universitaires et de femmes ou hommes d'organisations, nous montrent comment, au sein d'entreprises françaises et étrangères, se vivent et se modifient le changement et l'innovation. Les auteurs étudient particulièrement les organisations confrontées à l'internationalisation, aux fusions et à un environnement de compétition accru. Dans tous les cas, la formation constitue une dimension cruciale : rechercher de nouvelles dynamiques, développer des aptitudes à manager et fédérer les évolutions, motiver la recherche de solutions...

 

"Eduquer et former. Les connaissances et les débats en éducation et formation." Démos
Les courants et les méthodes pédagogiques, les mécanismes de l'apprentissage, les savoirs et compétences, l'usage des nouvelles technologies, les analyses sociologiques de l'expérience scolaire, les systèmes éducatifs... à travers ces questions clés, Eduquer et Former propose un bilan complet des connaissances en éducation et en formation. Rédigé dans un langage clair et accessible, cet ouvrage rassemble les contributions des meilleurs spécialistes français et internationaux (scientifiques et professionnels de l'éducation et de la formation), parmi lesquels : Jerome Bruner, François Dubet, Howard Gardner, André Giordan, Philippe Meirieu, Edgar Morin... Cette deuxième édition a été entièrement refondue et actualisée. Elle rassemble 60 % de textes nouveaux. Les textes de la première édition (1998), qui ont été conservés, ont été revus et actualisés. L'appareillage pédagogique a lui aussi été adapté et enrichi : bibliographie, statistiques, encadrés, index... En offrant ainsi un panorama renouvelé et récent, Eduquer et Former est l'outil de formation et de réflexion indispensable à toute personne s'intéressant à l'éducation et à la formation (enseignants, étudiants, élèves, formateurs, familles...).

 

"Savoirs et compétences en éducation, formation et organisation"  Démos
Les actes du séminaire dont cet ouvrage est issu dressent l'état des recherches contemporaines et proposent des approches novatrices sur les savoirs. Ils permettent la mise en évidence des rapports entre savoirs, compétences et action. Grâce à la qualité des intervenants : sociologues, historiens, enseignants, responsables d'entreprises, chercheurs et formateurs, grâce aussi au style de ce livre qui reprend exposés et débats, l'approche théorique devient plus progressive et accessible. Ces interventions permettent d'aborder les grandes interrogations actuelles notamment dans des situations de formation en organisations : opposition entre compétence et qualification ; évaluation des compétences et validation des acquis ; didactique et apprentissage en formation ; autoformation et réappropriation des savoirs, etc.

 

"Courants et débats, le métier d'historien"  Sciences humaines
L'histoire est en France une véritable Institution : pilier de la transmission des valeurs nationales dans l'enseignement, elle fut longtemps une discipline reine des sciences sociales. Elle a profondément renouvelé ses champs de recherche et ses interrogations : après le règne de l'histoire économique et sociale s'inscrivant dans la longue durée, les historiens reviennent à l'histoire politique. Ils explorent aujourd'hui des interrogations nouvelles : le récit, les individus et leur culture, les pratiques ordinaires, l'imaginaire, la place des minorités dans l'histoire. etc. Cet ouvrage n'est ni une encyclopédie sur l'histoire universelle, ni même une présentation exhaustive de l'historiographie contemporaine. Il a pour objectif de présenter les acquis, les débats et les tendances majeures de l'histoire aujourd'hui.

Conférence du 8 mars

L'Amérique, un empire culturel ?

  Au début de la conférence, il a été rendu un hommage à Madeleine Rébérioux qui vient de disparaître. Elle avait fait plusieurs interventions remarquables au CML.

  La France fait preuve traditionnellement d'un certain anti-américanisme. Il faut donc être prudent quant à l'appréhension du mode de pensée américain.

  La diffusion des produits culturels est l'un des vecteurs les plus significatifs de l'empire culturel américain. Le cinéma américain représente 80 % du cinéma mondial. La musique n'est pas en reste. Cet état de fait est  assez ancien. C'est la création de structure de récits mythiques qui a été formalisée pour le cinéma et qui s'est standardisée. On peut faire le même constat pour la musique.

  On a la création d'une idéologie de l'utopie de la communication transparente.

  L'aide du Plan Marshall n'a pu être accordée qu'à la condition que les films américains puissent être librement diffusés en France. La mise en place de la dérégulation d'un certain nombre de secteurs notamment dans la communication dans les années 80.
  Ceci a eu pour effet la fin d'un certain nombre de cinémas nationaux comme celui de
Hong Kong  mais a eu peu d'effets sur ceux d'Égypte ou du Brésil.

  Il est plus facile d'amortir un produit culturel qui coûte de plus en plus cher dans un pays qui "pèse" plus de 300 millions d'habitants par rapport à d'autres pays.

  Il peut être plus facile de parler en anglais à un italien alors que les deux langues sont très proches. 
  La comptabilité et le management est directement induite du Massachusetts. Il y a de plus en plus de convergence avec les modèles les plus performants tel qu'on le voit dans les grands organismes comme l'OCDE, l'UNESCO, etc.

  Cette réalité s'est développée sur la peur de la perte de l'identité culturelle. La grande critique qui est faite aux produits américains est qu'il s'agit de sous-culture.

  Il existe une industrie de l'anti-américanisme en France. Notre vision française se prétend universelle, alors que les américains "sont" universels.

  Pour comprendre le rapport à la culture, il faut appréhender la mise en place des Grandes Écoles par Napoléon. C'est un savoir plutôt nobiliaire. La pondération de cette vue française a été faite rapidement. La culture n'est pas substantielle, c'est plutôt de l'imaginaire.

  La fin des états nations serait inéluctable avec le développement de la mise en réseau tel Internet. On est dans une tension entre unification et re-création culturelle.

  Si on veut parler d'empire au niveau politique, il n'en est pas vraiment question au niveau culturel.
  Les religions, l'état-nation, l'enseignement, le passage de l'agriculture à l'urbain sont les facteurs fondamentaux d'unification.