MENU

.....................

Accueil
Chercher un livre
Commander un livre
Archives
Dossiers thématiques
Livres d'enfants
Scolaire
Provence
Bibliothèques
Expositions
Revues
Liens

 

Copyright 2000-2013
Librairie Gaïa
Tous droits réservés
Dernière modif. : 03/02/2014

Dans le cadre du Prix PACA des lycéens et apprentis 2011

A la Librairie

vendredi 9 décembre 2011

Katherine MOSBY

Professeur à l'université de Columbia, Katherine Mosby collabore également au New Yorker et à Vogue.
A sa sortie en 1995, Sanctuaires ardents a été salué par toute la presse ainsi que par de nombreux écrivains, de Larry McMurty à Paul Bowles. Sa publication à Quai Voltaire fait suite à celle de Sous le charme de Lillian Dawes, en 2009

Katherine Mosby viendra présenter son livre sélectionné à l'occasion de ce prix

 Résumé : Willard Daniels emménage dans la maison familiale de Winsville, les Hauts, avec sa jeune épouse Vienna, new yorkaise d'une beauté rare. Cette année-là la glycine fleurira deux fois : est-ce un signe et de quoi ? Si à force de flatteries Willard s'attire les grâces de la bonne société de Winsville, Vienna fuit la mesquinerie de clocher et ne brille que par sa discrétion. Elle est cultivée, on la croit folle… C'est qu'afficher autant d'indépendance dans les campagnes de l'Amérique des années 1930 ne peut qu'engendrer une hostilité farouche ! Lorsqu'elle se retrouve seule avec ses deux jeunes enfants, abandonnée, les commérages redoublent. Elle reste. En esprit libre épris de nature et d'harmonie, Vienna élève Elliot et Willa à l'écart de la ville ; elle leur insuffle son intelligence et son érudition, assorties d'un sens aigu de l'accomplissement de soi. Autant de résistance affirmée contre les conventions sociales d'alors. À eux trois, les Daniels forment un clan sans nul autre pareil mené par une femme hors du commun ; ils dérangent autant qu'ils fascinent. Mais bientôt les drames se succèdent, que Vienna encaisse les uns après les autres, s'enfermant chaque fois un peu plus loin en elle-même.

Extrait : "Elle était socialiste ou peut-être communiste, Addison ne se rappelait pas lequel des deux, mais la différence importait aussi peu qu'une morsure de charançon, parce que ce n'étaient pas des étiquettes qu'on voulait se voir coller sur le dos. En plus elle aimait les Nègres et elle fumait des cigarettes. Voilà ce qui arrive, disait-on, quand on lit trop de livres : ça ramollit le cerveau, […] On racontait qu'elle possédait des milliers de livres."

 

Katherine Mosby a publié en 2009 :

" Il y a presque toujours dans la vie un moment clé, un point divisant le temps entre un avant et un après, un accident ou une histoire d'amour, un voyage ou peut-être un décès ".
Ainsi commence le récit que fait Gabriel, dix-sept ans, de l'été qui changea le cours de sa vie. Renvoyé du pensionnat, il s'installe à Manhattan chez son frère spencer, qui a renoncé à la carrière diplomatique pour la bohème littéraire. Enivré par sa liberté toute neuve, Gabriel goûte aux plaisirs de la ville et croise le chemin de Lillian Dawes. Artiste ? Aventurière ? Espionne ? Cette jeune femme, indépendante et mystérieuse, est de celles qui enflamment l'imagination des hommes.
Ni Spencer ni Gabriel ne sortent indemnes de cette rencontre. Un très beau roman d'apprentissage dans le New York des années 1950.